samedi 31 mai 2014

Bouillotte sèche

Le beau temps commence à poindre son nez, mais les soirées sont toujours fraîches, d'où les bouillottes sèches!

Ces petits sacs remplis de graines (ici de riz) se réchauffent très facilement au micro-onde.

En 1 minute (pas beaucoup plus, ne vous brûlez pas!) vous obtenez une source de chaleur idéal pour détendre un muscle endolori ou le dos d'un enfant pendant la phase d'endormissement.
 





 
Tout d'abord je dessine sur un carton de boite de céréales la forme de ma bouillotte. 
Puis, je la découpe pour obtenir une empreinte solide que je pourrais réutiliser à loisir.






Je commence par la house intérieure, celle qui va contenir le riz.
Le tissu doit être fin avec des mailles serrées. Un morceau de drap, par exemple.



J'assemble les deux faces, en ménageant une ouverture de 10 cm. Après avoir cranté les arrondis, je retourne la house.

 
Une feuille de brouillon scotchée en forme de cône et voici un entonnoir de fortune! 
Concernant le choix du riz, prenez garde à ne pas utiliser du riz précuit! Le riz de base convient idéalement.

 
 
Une fois le sac rempli aux deux tiers, je conseille de sceller l'ouverture par quelques points cousus à la main.


 
Puis de consolider le tout avec un petit point machine. 



Ce projet me permet d'utiliser mes restes de tissu, mes fameux scraps.
Voici mon choix pour la house extérieure de la bouillotte.



Ensuite, je procède comme pour un quilt classique. Je prépare un sandwich à savoir:  une couche de tissu, une couche de molleton, et le patchwork sur le dessus.

 
 
Un petit matelassage tout simple. 

 
 
Je taille mes deux quilts au moyen de la forme en carton, et je les assemble endroit contre endroit, en laissant une ouverture pour y glisser le sac de riz.

 
 
Il ne me reste plus qu'à clore l'ouverture à points invisibles.

 
Et voila! 
D'un côté:

 
Et de l'autre: 


Toutes les formes sont permises, bien sûre. On retrouvera d'ailleurs les bouillottes sèches en automne pour des idées de cadeaux de Noël sympas et bien sûr quiltées!

vendredi 16 mai 2014

Petits rien


 
L’obsession des quilters (enfin, l’une d’entre elles) est de gérer les « scraps », soit en français : les restes.
En l’occurrence les restes de tissu, les TONNES de petites chutes qu’on garde au cas où…

Ils s’accumulent au point de déborder des placards. Au bout d’un moment, il est urgent de les utiliser.  J'en suis là, c'est le moment.

 
 
 
Fouiller dans une pile de tissus froissés, prend du temps, mais ça en vaut la peine!
Je redécouvre des imprimés que j'avais presque oublié. J'étais aux anges de trouver des bandes de lin. Trop petites pour faire un gros projet. D'où l'idée des sous-tasses.
 

 
Les sous-tasses font 10 cm de côté.

 
 Un projet sympa au résultat mignon comme tout. En revanche, ma pile de scraps n'a pas baissé d'un pouce...
 

mercredi 14 mai 2014

Pochettes Rueilloises

Lorsque je vivais à Rueil Malmaison, ville chère à mon cœur du 92, j’avais dessiné un ensemble de pochette pour la vie urbaine.

J’ai réalisé, et vendu, bon nombre de ces pochettes au cours de ces 3 dernières années. Voici un aperçu de 2 d’entre elles, le porte-clés et l’étui à lunettes.
 
 
Les deux pochettes sont conçues pour être portées autour du cou. Pratique lorsqu' on a la poussette dans la main droite, le grand dans la main gauche, et qu'on cherche ses clés...ou ses lunettes. 
 
 
De plus, le porte-clés dispose d'un anneau autour duquel les clés sont retenues.
Il suffit de ranger les clés dans la pochette pour qu'elles ne rayent plus l'écran du portable et  pour qu'elles ne se perdent plus au fond du sac à main géant que nous avons parfois...


Le tissu utilisé est: Glimma de Lotta Jansdotter chez Windham Fabrics

lundi 12 mai 2014

Balle en patch'

J'ai toujours pensé que la créativité était un don que tous les humains partagent. En fait, seule la technique s'apprend.

Vous me direz, les pensées c'est bien beau, mais dans la pratique, quand une personne ne sait pas coudre, elle ne sait pas coudre! Créativité ou pas.
N'est-ce pas ce que vous alliez me dire?

Très bien. Je vais vous raconter ce que j'ai fait pendant mes vacances. Et qui illustre le propos, car le reste vous vous en foutez comme de votre premier ourlet et c'est normal.

Je me suis livrée à une petite expérience pour tenter de prouver qu'une personne, qui ne connait rien à la couture, peut, dans de bonnes conditions réaliser un projet super ambitieux.
Et je ne vous parle pas de poser un biais sur une serviette ou de raccourcir un rideau. Non. Ici on fait du patchwork, je vous le rappelle.

Cette personne, en l'occurrence une femme (faut pas non plus déconner) que nous appellerons l'Inconnue passait dans le quartier sans se douter de rien. 
Je reconnus immédiatement à quelques détails l'impatience et la fougue des jeunes retraités d'aujourd'hui.
Elle affirma ne pas savoir coudre et n'en avoir, d'ailleurs, rien à carrer.

Après quelques explications imagées étayées d'amples mouvements des mains, je finis par la convaincre de participer à mon expérience.

Voici la mission que je proposais à l'Inconnue de réaliser:



Une balle en patchwork sur le model d'un ballon de foot. Tout fait à la main. Oui. Même pas peur!


Pour prouver que ce défi a été réalisé sans trucage, l'inconnue a acceptée de bonne grâce que je la prenne en photo à chaque étape de sa réalisation.

Un ballon de foot se compose de 20 hexagones et de 12 pentagones. Hexagones et pentagones ont des côtés de même taille, ici 2 cm.



Pour faciliter leur assemblage, les pentagones sont numérotés de 1 à 12 et les hexagones sont notés de A à T. Ils ont été imprimés sur du papier relativement épais, car nous allons utiliser la méthode anglaise d'assemblage sur papier.

 
 
Première chose qui a plu à l'Inconnue: le bâton de colle à tissu!
Pour commencer, il suffit de tracer un trait de colle sur l'envers de la forme puis de la poser sur l'envers d'un petit bout de tissu.



Autre nouveauté pour l'Inconnue: les ciseaux à levier (ou à ressorts). Ils lui ont permis de découper l'excédant de tissu autour de la forme en carton.



Avec le même bâton de colle, il faut maintenant relever chaque côté de la forme en carton.



L'inconnue a très vite chopé le coup de main. Un trait de colle d'un angle à l'autre, puis le repli du tissu.



Tous les moyens sont bons! Même d'écraser la forme pour marquer le plis jusqu'à ce que la colle prenne.



Très vite les bouts de tissu se succèdent et bientôt toutes les pièces sont recouvertes.



Un coup de fer sans vapeur sur l'envers de chacune des pièces...



De même sur l'endroit...


Et c'est parti pour l'assemblage! Je le rappelle, l'Inconnue ne sait pas coudre. Bien sûr, elle sait tenir une aiguille, entre le pouce et l'index.
C'est l'essentiel!


Pour ne pas brusquer l'inconnue, je ne lui donne aucune règle de couture, au mieux un ou deux conseils.
Elle tire la langue au début, peste un peu...mais persévère.



Petit à petit, elle trouve son rythme, la bonne position et son point devient régulier.


 
Pendant le montage du ballon, je l'ai entendu se plaindre de son épaule, de son aiguille, du fil et du temps qui passe trop vite ou pas assez. Mais voila, finalement la balle finie!

 
Une petite fille de 18mois de passage chez nous a tout de suite jetée son dévolu sur la balle. Il a fallut attendre une sieste pour pouvoir la prendre au photo, c'est vous dire.

Preuve est faite! Nul besoin de savoir coudre pour faire rêver une enfant et faire quilter une grande fille!


 Mission accomplie! Merci à l'Inconnue, à sa patience et à son acharnement.
Et vous ça vous tente un petit challenge?


lundi 5 mai 2014

Quilt Nuit & Jour

Bonjour à tous et bonne rentrée à celles et ceux qui étaient en vacances!

Après ces deux semaines en famille, j'ai beaucoup de choses à montrer, et notamment mon quilt Jour &  Nuit inspiré d'un croquis dessiné sur un coin de table par Nadia (aka Maman, pour ceux qui connaissent) après une discussion passionnée sur les modes de représentation dans le quilting.

Oui. Ca rigole moyen à la maison concernant la couture...

Bref, Nadia, qui dessine, peint, voit en perspective grâce à ses yeux écartés et qui te complique un croquis naïf en deux coups de crayon,  ne comprend pas toujours la difficulté du patchwork.
D'où des échanges plein de silences gênés entre deux griffonnages.

Exemple:
-Moi: "Tiens, si on dessinait un quilt avec des maisons à moitié dans la nuit, à moitié dans le jour? "
-Nadia: "Oh! Qu'elle bonne idée! Un peu comme sur le Disque Monde de Terry Pratchett, quand la lumière se répand..."
-Moi: "Ou dans L'île du jour d'avant, comme si une partie de la ville n'était pas dans le même méridien que l'autre!"
-Nadia: "Je vois! Donne moi ma trousse à crayon!"

Bon, vous voyez, petite discussion mère/fille de base.
Voici le croquis:






Moi: "Heu...Mais ce ne sont pas des maisons..."
Nadia: "Si."
Moi: "On dirait des immeubles."
Nadia: "Pas que. Regarde, y a des pavillons."
Moi: "C'est super...Mais je voyais plus des petites maisons genre...comme dans une vision onirique et moins exigüe.. "
Nadia: "Elle est exigüe ma vision?"

Deuxième croquis:


Moi: "Voila! C'est ça, c'est super! Youpi!"
Nadia: "Oui? Et tu ne regrettes pas le petit soleil?"
Moi:" Non! C'est parfait comme ça. Simple! Onirique! Vraiment, on n'a pas perdu ces 3 derniers Jours...."


Voila l'histoire de ce quilt, immédiatement baptisé: Nuit & Jour.

Après, tout s'est passé très vite. Les tissus se sont imposés d'eux même:




 Pour la partie nuit, nous avons opté pour 1 charm pack (carrés de cotton pré coupés de 5 pouces de côté) Kona Cotton solids Pastel et un fond Grunge basics Onyx de chez Moda fabrics .








 Pour la partie jour, 1 charm pack Kona solids Dusty et pour le fond, Grunge basics Lustra chez Moda fabrics.


Le dos: Townhouses in red chez Dear Stella House Design.

La bordure: Broad Stripes in watermelon chez Kaffe Fassett.



Deux bonnes journées ont suffi pour l'assemblage et le quilting. Bien que ce dernier ai soulevé de nombreuses hésitations. Je ne sais pas vous, mais moi, j'ai toujours un coups de flippe au moment de quilter.

D'abord parce que c'est un exercice difficile en soi. Techniquement ET physiquement.
Et aussi évidemment car j'ai peur de ne pas choisir le bon style. Et ça, avant d'avoir fini on ne peut pas imaginer le résultat.

En ce qui concerne celui-ci, je suis enchantée! Le fils que j'ai choisi (une heure de réflexion rien que pour ce choix) est un subtil dégradé du violet au mauve de chez Aurifil 100% Cotton Mako.

Cousu en entrelacs, il donne l'impression d'un bouillonnement d'air entre les maisons.



Après l'avoir bordé, j'ai eu envie de le photographier à la vertical. Il m'a suffi d'aviser deux passants afin qu'ils le soulèvent bien haut.
Malgré le vent et leurs rires étouffés, on a réussi au moins une photo qui montre le quilt en entier.


Les dimensions du quilt: 145x145cm, parfaites pour enrouler un petit enfant qui a froid devant la télévision...


jeudi 24 avril 2014

Trois plumes

 
Je me lève un matin avec une idée de génie: je vais faire un block représentant une plume! Et à vrai dire, je le vois clairement, au point de le dessiner au saut du lit tel que ci-dessous.
 
A peine avais-je fini une petite composition test, que je tombe sur un blog avec le même motif.
 
Puis un autre.
 
Et pour cause: cette plume a été inventée il y a plusieurs années par Anna Maria Horner. Je ne le savais pas. Ou, plus probablement c'était de l'oubli sélectif ou du savoir insu, voir un retour de trip...
 
Un peu comme Nirvana et Killing Joke...Haha..je rigole...(blague de puriste).
 
Voyez l'objet du délit:
 

Bon, maintenant que c'est cousu, on va pas le jeter.
C'est vraiment un motif sympa, et bien qu'il ne soit pas de moi, je le garde en réserve pour un projet!

mercredi 9 avril 2014

Signer son quilt

Comme vous avez pu le constater, j'ai l'habitude de signer mes quilts.

Le patchwork, à l'instar d'autres activités créatives, est amené à durer dans le temps. En effet, un couvre-lit quilté (je compte faire accepter ce verbe par l'académie française...un jour) a de fortes chances de survivre à celle qui l'a cousu. Il est donc juste de signer son œuvre, ne serait-ce que pour émouvoir nos descendants.

Quand je crée un quilt dans l'idée de l'offrir à quelqu'un de précis, je ne manque pas de l'adresser à la personne en question.
Une dédicace personnalisée rend l'intention encore plus forte.




 A toutes fins utiles, voici une manière de signer simplement son quilt:


 
 
Pour commencer, je découpe dans un peu de tissu blanc la forme de mon "étiquette". Vous pouvez vous servir d'un bout de carton préalablement coupé aux dimensions que vous souhaitez, ou d'une règle. (Ici un carré de 4.5 pouces ou 11,43cm, découpé grâce à un Fussy Cutting Template de Fons & Porter):
 


Grace à mon fidèle crayon Frixion , qui s'efface à la chaleur, je trace les lignes qui vont me guider pour écrire ainsi que le cadre qui correspond aux réserves de couture.



Pour écrire sur du tissu, j'aime les crayons Micron, ils existent de plusieurs couleurs et ont des pointes de tailles différentes. Leur encre est indélébile et ne se diffuse pas dans les fibres du tissu (cette fameuse capillarité, bien utile pour la pâte à crêpe cela dit...mais je m'égare)

Bon, vous remarquerez en essayant vous-même, qu'il n'est pas aisé d'écrire sur du tissu! ma technique consiste en gros à tracer une lettre à la minute en tirant généreusement la langue.
Le résultat est le suivant:



Un petit coup de fer quand la séance d'écriture est terminée afin d'effacer les lignes:



Maintenant, 2 options s'offrent à vous:

- Soit vous intégrez ce carré dans le patchwork du dos de votre quilt
- Soit vous appliquez ce carré sur le tissu du dos de votre quilt.

Dans un cas comme dans l'autre vous devez choisir avant de quilter votre patchwork. Avant de le ouatiner si vous préférez.
Afin de fixer cette sorte d'étiquette à tous jamais à votre ouvrage.



Dans cet exemple, j'ai choisi d'intégrer la signature à un montage destiné à être au dos de mon quilt.



J'ai choisi un tissu contrasté pour l'encadrer:



J'ai utilisé un autre carré Fussy Cutting Template de Fons &Porter de 6.5 pouces ou 16,51cm, afin d'en faire une découpe parfaite:



Et voici le résultat, une fois intégré et quilté:



Ici, l'étiquette qui m'a servi à signer ce quilt vient d'un panneau vendu avec une collection de tissu de chez Moda Fabric.
Cette fois-ci je l'ai appliqué sur le tissu de fond destiné au dos du quilt après l'avoir découpé:



Il existe d'autre façons de signer un quilt qui vont de la broderie à la fabrication d'étiquettes personnalisées.
Nous aurons sûrement l'occasion de reparler de ce sujet...